Capello, Marie-Ambroise


MARIE AMBROISE CAPELLO (ANVERS, 1664)

[Marie Ambroise Capello]
Nicolas I PITAU (1632-1671), graveur et éditeur
D’après Henri PERES [ou PEREZ] BRANT (vers 1635- 1671), peintre
1664
Burin
C. de pl. : 45,6 x 36,8 cm
Pays-Bas, Amsterdam, Rijksmuseum, RP-P-OB-61.141.

© Rijksmuseum

 

 

 

Lettre
Dans la bordure sous l’image
À gauche : H. Peres Brant pinxit.
À droite : N. Pitau sculpsit. 1664.

Image
Assis dans un fauteuil, légèrement en biais, Marie Ambroise Capello tourne la tête vers le spectateur mais son regard est comme perdu dans ses pensées. Bien qu’à l’intérieur, il porte un chapeau qui évoque ceux à la mode en poils de castor. De même, la large étole dans laquelle il est enroulée et la draperie d’arrière-plan fond du portrait une commande d’apparat bien plus qu’une simple présentation d’un évêque. Le religieux ne porte pas les habits de son Ordre mais de la main droite il tient ostensiblement une croix dominicaine portée grâce à un cordon à nœud. L’avant-bras gauche repose sur une table chargée de plis et la main dotée de l’anneau épiscopal tient un petit volume, peut-être un ouvrage de dévotion.

Armoiries
Armoiries de Marie Ambroise Capello, en marge inférieure : d’or à un chapeau de sinople
Devise : Omnia desvper.

États
Premier état : Belgique, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, S.II. 4860 ; France, Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, EST 92 RES (P.37) ; Musée du Louvre, Collection Edmond de Rothschild, 15986 LR/Recto ; Versailles, Château de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP 34.49.1 ; Pays-Bas, Amsterdam, Rijksmuseum, RP-P-OB-61.141 ; Royaume-Uni, Londres, British Museum, 1873,0809.723
Second/troisième état : la signature du peintre est « H. Peres pinxit ». Dédicace de part et d’autre des armoiries : « Illustrissimo ac Reuerendissimo Domino D.F Ambrosio Capello / Antuerpiensium Episcopo ex ordine Prædicatorum assumpto / in perpetuæ gratitudinis monumentum consecrabiat in / publicis thesib[us] Fr. Ioannis Baptista Pluyms Antuerpiensis ord. Præd: / in Vniuersitate Parisiensi Philosophiæ professor. ». Allemagne, Coburg, Kunstsammlungen der Veste Coburg, Inv.-Nr. VIII,239,9 ; Belgique, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, S.I. 27380

Bibliographie
1789, HEINECKEN, t. 3, p. 305 ; 1903, HYMANS, col. 13

Commentaire
Les informations concernant le peintre sont peu nombreuses. L’ajout du chapeau n’est pas de son choix mais de celui de l’évêque lui-même qui aimait se faire représenter ainsi en raison de son nom.
Nicolas Pitau, qui effectua un séjour à Anvers en 1664-1665, en tira une estampe, peut-être à le demande du frère Ioannes Baptist Pluyms, alors enseignant en philosophie à l’université de Paris.