Agnès de Langeac


SŒUR AGNÈS DE JÉSUS (LE PUY, 1687)

Le véritable portrait de la V. M. Agnes de Iesus
Jérôme DUMONTEIL[H] (?-avant 1690), graveur
1687
Eau-forte
36,7 x 27 cm[1]
France, Le Puy-en-Velay, Musée Crozatier, Inv. 1987.2.559.

© Musée Crozatier

[1] Le musée Crozatier étant fermé pour des travaux engagés sur plusieurs années, il na pas été possible de savoir de la part du service de documentation à quoi correspondent exactement ces dimensions portées sur la fiche d’inventaire qui a été transmise.

Lettre
1. Sous le portrait dans le cartouche
LE VERITABLE PORTRAIT DE LA / VB. ME. AGNES. DE. JESUS. DE. LORDRE. DE S. DOMINIQUE / ele mourut A langeac en Auuergne le 19 Octob. 1634 agee de 32 a
2. dans l’ovale du portrait, en bas à gauche
hierosme Dumonteil
3. dans l’ovale du portrait, en bas à droite
Sc aupuy 1687.

Image
Figure :
Agnès Galand est représentée à mi-corps, de face, la tête légèrement tournée vers la droite. Elle est vêtue d’un habit blanc et d’une chape noire fermée par une agrafe à bascule. Son visage est enserré par une guimpe et un bandeau blancs. Le sous-voile blanc et le voile noir sont fortement empesés leur permettant de conserver une position en avant du visage, sans pour autant retomber sur les yeux. La religieuse tient dans les mains croisées devant sa poitrine un crucifix (main droite) et un chapelet ou rosaire. De l’ovale, en haut à droite, partent des rayons manifestant la présence divine.
Fond : tailles croisées en quadrillage
Bordure : ovale, à baguettes extérieures plates et à tailles horizontales ; la bordure est coupée sur les parties latérales
Hors bordures : les écoinçons à tailles horizontales ont la forme de triangles cernés d’une baguette plate ; sous le portrait le cartouche est orné de feuillages à ses extrémité latérales.

États
Un seul état : France, Le Puy-en-Velay, Musée Crozatier, Inv. 1948.1.1 ; 1960.12.1 ; 1987.2.559.

Bibliographie
1977, GOUNOT, p. 68, n° 66-68 ; 2006, MONTAGNES, p. 34-35

Commentaire
Du graveur, issu d’une famille d’orfèvre, Roger Gounot indique qu’il épousa Jeanne Seyton et mourut avant 1690.
Les conditions d’exécution de la gravure ne sont pas connues. Il est de ce fait impossible de dire si le tableau du XVIIe siècle, conservé dans la chapelle du couvent des dominicaines du Puy-en-Velay, sis à l’emplacement de la maison natale de la bienheureuse Agnès de Jésus, a servi de modèle à la gravure ou bien si cette huile sur toile a été exécutée d’après la gravure [voir Illustration ci-après]. La différence la plus notable entre les deux œuvres est la présence, sur la toile, d’une branche de deux roses encadrant le crucifix dans la main droite de la bienheureuse. Ce détail supplémentaire n’est pas un enjolivement mais la traduction iconographique d’expériences mystiques d’Agnès dans lesquelles roses et épines tiennent une place de choix, offertes tantôt par son ange gardien, par sainte Cécile ou par la Vierge Marie[1].
Depuis 1977, une confusion est entretenue autour de la date du cuivre. Elle provient d’une erreur de lecture de Roger Gounot qui modifia la date indubitable de 1687 en 1681[2]. Malheureusement des auteurs ont encore diffusé récemment l’erreur, en toute bonne foi[3].
La facture n’est pas très fine, le dessin non plus. La religieuse a des mains trop larges et celles du Christ sont mal formées. Il en est de même du visage du Christ.
Le cuivre est conservé au musée Crozatier au Puy-en-Velay (inv. d.1954.2b). Son verso (ou son recto ; inv. d.1954.2a) a été lui aussi gravé par Jérôme Dumontier. Il s’agit de la représentation de la Vierge noire du Puy dans sa chadaraïta , entourée d’anges et de putti.
Tous les tirages conservés au musée Crozatier ont été réalisés au XXe siècle, ce qui explique la marque des trous de suspension du cuivre et des multiples défauts (rayures et cassures). Aucun tirage du XVIIe siècle n’a été recensé dans le cadre de cette étude.

[1] Voir Jean-Christophe de Nadaï, « Agnès de Langeac : les grâces et les croix », Agnès de Langeac. Le souci de la vie en ses commencements. Actes du colloque de Langeac, 15-17 octobre 2004, Paris, Le Cerf, 2006, p. 269-279.
[2] Roger Gounot, Mobilier et artisanat en Velay. Catalogue des collections du musée Crozatier, Le Puy-en-Velay, La Société académique du Puy, 1977, p. 28, n° 66-67.
[3] C’est le cas de Bernard Montagnes, op. cit., p. 34. Que soit ici remerciée Astrid Bonnet, documentaliste, pour les réponses apportées autour des dates figurant dans l’inventaire du musée Crozatier.

MATRICE

ILLUSTRATION

Sœur Agnès de Jésus
ARTISTE NON IDENTIFIÉ
S. d. [XVIIe siècle]
Huile sur toile
66,5 x 51,5 cm
France, Le Puy-en-Velay, Chapelle du couvent des dominicaines de Mère Agnès.

© Claire Rousseau