Vincent Ferrier


VINCENT FERRIER (PARIS, 1637-1638)

S. Vincent Ferrier
Jean MATHIEU (DIT MATHEUS, vers 1590-vers 1672), graveur et éditeur
S. d. [1637]
Burin
C. de pl. : 23 x 16 cm.

© Bibliothèque municipale de Nantes

 

 

 

 

 

Titre illustré pour Vincent CHARRON (?-?), Kalendrier historial de la glorievse Vierge Marie Mere de Diev. Faisant mention chaqve iour de l’an de quelque chose qui la regarde ; de la mort de ses fideles seruiteurs ; du grand soing quils ont eu de la seruir, des faueurs quelle leur a departy ; du seuere chastiment de ses ennemis ; et des miracles qu’elle a operé. Recueilly de diuers Autheurs par M. Vincent Charron Prestre Chanoine en l’Eglise Cathedrale de Nantes en Bretaigne, A Nantes Par Pierre Doriov Imprimeur Ordinaire du Roy, s. d. [approbations de 1637].
France, Nantes, Bibliothèque municipale – cote : 36850R.

© Bibliothèque municipale de Nantes

Lettre
1. Sous les pieds du saint de gauche
S. VINCENT DIACRE.
2. Sous les pieds du saint de droite
S. VINCENT FERRIER.
3. Sous cette inscription
Matheus fecit.
4. En bas, à gauche
Auec Priyilege du Roy.
5. En bas, à droite
Et aprobation des Docteurs.
6. Dans le cadre central
Kalendrier / historial / de la glorievse / Vierge Marie Mere / de Diev. / Faisant mention chaqve / iour de l’an de quelque chose qui la re: / garde ; de la mort de ses fideles serui: / teurs ; du grand soing quils ont eu / de la seruir, des faueurs quelle leur / a departy ; du seuere chastiment / de ses ennemis ; et des miracles / qu’elle a operé. / Recueilly de diuers Autheurs / par M. Vincent Charron Pre: / stre Chanoine en l’Eglise Cathedra: / le de Nantes en Bretaigne
7. Dans le cartouche en bas, au centre
A Nantes / Par Pierre Doriov / Imprimeur Ordinaire / du Roy

Image
Le titre se présente comme un portique dominé par le portrait de la Vierge à l’Enfant (rappelant les icônes de type Hodigitria, même si la main de la Vierge tient l’enfant au lieu de le désigner) flanqué, à droite, par la représentation de saint Paul et, à gauche, par celle de saint Pierre. Les deux saints sont assis et accoudés au cartouche du portrait marial. Sur les côtés sont figurés, à gauche, saint Vincent, diacre et martyr, et, à droite, saint Vincent Ferrier. Chaque saint est doté d’attributs. Pierre porte les clefs du Royaume dans la main gauche et un livre dans la main droite. Paul tient, posée sur son épaule l’épée de son supplice et dans la main gauche, il tient un livre. Saint Vincent, diacre, tient en main la palme des martyrs. Sa main gauche retient la pointe de trois épées dressées depuis le sol. Vincent Ferrier est accompagné de l’enfant qu’il ressuscita. Nu, celui-ci est agenouillé, mains jointes en prière. Dans le bas, au centre, un gros cartouche porte la mention de l’adresse.

États
Premier état : sans date. France, Nantes, Bibliothèque municipale – cote : 36850R
Second état : sur une photocopie, collée dans l’exemplaire, le titre porte la date de 1638. France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ A 173/1.

Commentaire
La présence de Vincent Ferrier sur le titre n’est dû qu’au prénom de l’auteur qui honore ses deux saints patrons, Vincent, diacre et martyr, et Vincent, le Prêcheur.
Néanmoins dans l’ouvrage marial, plusieurs saints de l’Ordre dominicain sont mentionnés dont Agnès de Montepulciano, Alain de la Roche, Albert le Grand, Ambroise de Sienne, Antonin de Florence, Bienvenue, Catherine de Raconis, Catherine de Sienne, Cécile, Claire Fille du roi des Indes, Clément Caponi, Colombe, Conradin, Dominique, Frère Bernard et les deux petits enfants élevés au monastère de Santara au Portugal, Estiennette de Soncino, Eustache, Gonzalve d’Amaranthe, Henri de Calstres, Henri Suso, Herman, Humbert de Romans, Hyacinthe, Jcques l’Allemand, Jacques de Bevagne, Jean Tolomei, Jean de Fiesole, Jean Tauler, Jeanne d’Orvieto, Jeanne du Portugal, Jourdain, Louis Bertrand, Louis de Grenade, Lucie de Narni, Marguerite du Château, Marguerite d’Ypres, Marguerite de Savoye, Maurice de Hongrie, Osanne de Mantoue, Pie V, Pierre Daurat, Pierre Martyr, Raymond de Peñafort, Rainier de Pise, Réginald d’Orléans, Romain catalan, Sylvestre Marradi, Taclavaret, Tacléemanoth et Thomas d’Aquin.
Pour Vincent Ferrier, l’auteur s’appuie sur la Chronique d’Antonin de Florence, dans une version non précisée, et sur la vie rédigée par Bernard Guyard en 1634[1]. Seules les grâces reçues de la Vierge Marie par le saint ou obtenues d’elle par son intercession intéressent l’auteur.
L’ouvrage fut réimprimé à Nantes, en 1654, par la veuve de Pierre Doriou, Renée Salbert (1586?-1666). Aucun des exemplaires consultés à ce jour ne comportait le titre illustré. Il est possible que la plaque fut la propriété du chanoine Vincent Charron. Celui-ci était peut-être décédé lors de la seconde édition.

[1] Bernard GUYARD (1601-1674), La Vie de S. Vincent Ferrier Religievx de l’Ordre des Freres Preschevrs diuisée en deux parties. La premiere fait voir ce qv’il a fait en sa vie deuant son entrée en Bretagne et la seconde les merveilles qu’il a opéré en sa vie & apres sa mort en cette Prouince. Par le R.P. Bernard Gvyard de Iesus Marie Religieux du mesme Ordre, A Paris, Chez Denis Moreav, ruë S. Iacques à l’enseigne de la Salamandre d’argent, 1634.