Se confiner en Éden ? (2)

Pour Fr. Nicolas-Jean Porret

En réaction au précédent post, le curé de la paroisse des dominicains de Toulouse m’écrit avec taquinerie :
« je comprends mieux pourquoi les jeunes filles aiment les licornes ».

Elles ont raison !
Selon Stefan Lochner (vers 1410-1451), la plus belle des jeunes filles, la Vierge Marie elle-même, portait un médaillon avec une licorne (voir ci-dessus).

Et puis, les jeunes filles dont parle le curé fréquentent les couvents dominicains. Or, les dominicains développèrent une iconographie tout à fait particulière de l’Annonciation, dans laquelle la licorne représente le Christ venant s’incarner en Marie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martin Schongauer (vers 1445-1491), Retable des dominicains, vers 1480
Huile sur bois, 116 x 116 cm
Colmar, Musée Unterlinden.

Mais pour qu’une telle incarnation opère, il fallut l’entrée en scène de Gabriel lâchant une meute de vertus poussant la Licorne-Christ vers la Vierge toute pure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On le voit, les dominicains qui aiment capter l’attention de leurs auditeurs par une « blagounette » n’ont pas hésité à adapter les récits profanes de la chasse à la licorne venant se réfugier sur les genoux des vierges pour exprimer le plus sublime des mystères : l’Incarnation du Christ.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La scène s’est dès lors glissée partout, y compris dans les illustrations des bréviaires.

Puis le goût pour ce type d’allégorie est passé…
Mais après tout, pourquoi ne pas profiter de l’actuel engouement des jeunes filles pour les licornes pour leur proposer une version christianisée de leur fascination pour cet animal mythique.
De là à voir autour du cou des nouveaux baptisés des Vierges à la licorne… il ne faut peut-être pas exagérer.

Bonne Fête de l’Annonciation, cher Frère Nicolas-Jean !

Et en ce temps de confinement, n’hésitez pas à chasser sur Internet les clichés des retables et manuscrits dominicains ayant des « Annonciations à la licorne ». Vous serez bien surpris par l’abondance des œuvres liées à ce thème !


Bréviaire des dominicains
XVe siècle
Ms. 494,
fol. 120

 

 

 

 

Clichés du retable : Musée Unterlinden
Clichés du bréviaire : Bibliothèque municipale de Colmar