Jeanne du Portugal


JEANNE DU PORTUGAL (ANVERS, 1621)

Ioanna Portvgalliæ Princeps.
Cornelis I GALLE (1576-1650), graveur
S. d. [1621]
Burin
C. de pl. : 18,7 x 13 cm ; tr. c. : 18,65 x 12,8 cm

 

 

 

 

 

 

Planche pour Antonio VASCONCELOS (?-1622), Anacephalæoses id est, Svmma capita actorvm Regvm Lvsitaniæ. Auctore P. Antonio Vasconcellio Societatis Iesv Sacredote, Theologo Olysipponensi. Accesserunt Epigrammata in singulos Reges ab insigni Poeta Emmanvele Pimenta eiusdem Societatis. Et illorum effigies ad vivum expressæ, curâ, & sumptibus Emmanuelis Sueyro Regiæ Catholicæ Maiestatis Aulici Familiaris, Equitis militiæ Saluatoris nostri Iesv Christi ; & Domini de Voorde, Antverpiæ, Apud Petrum & Ioannem Belleros, 1621, p. 236.
France, Paris, Bibliothèque nationale de France – cote : 4-H-2301 .

© Claire Rousseau

Lettre
Dans la marge inférieure
IOANNA PORTVGALLIÆ PRINCEPS. / VIXIT AN. XXXVIII. OBIIT A° MCCCCXC.

Image
La princesse est présentée de face presque à mi-corps. Ses longs cheveux sont épars sur les épaules mais elle est couronnée d’une coiffe ornée de pierres précieuses groupées en fleurs. Sur une fine chemise de batiste, Joanna porte un corsage bordé par un galon festonné. Au cou, pend une épaisse chaîne d’or. À son poignet droit est noué un ruban dont elle tient peut-être ostentatoirement l’une des extrémités.

États
Premier état, celui décrit : France, Paris, Bibliothèque nationale de France – cote : 4-H-2301
Second état : la naissance de la poitrine a été masquée par la prolongation de la batiste, de façon à fermer le corsage sur la gorge par un nœud de ruban. Voir ci-après.

Bibliographie
2010, GASPAR, p. 127

Commentaire
La taille-douce a été attribuée à Cornelis Galle en raison de la signature figurant sur la dernière des vingt-six planches de l’ouvrage.
Le modèle de l’estampe est sans aucun doute un portrait ad vivum de la princesse dont un dessin aura été transmis au graveur. De fait, il est facile d’y reconnaître au moins un tableau daté des années 1472-1475, conservé aujourd’hui au musée d’Aveiro (Portugal) [voir Œuvres en rapport]. Ce tableau semble avoir été copié à plusieurs reprises comme en témoigne l’huile sur toile, passée en vente à Paris, chez Tajan, le vendredi 27 mars 2015 [voir Œuvres en rapport]. Cette copie montre une interprétation du tableau d’origine qui n’est pas négligeable. La jeune princesse tient dans ses mains, non pas un ruban, mais un rosaire qui, discrètement, témoigne de sa piété.
Si le tableau d’origine est bien le modèle, le dessinateur ou/et le graveur ont transformé un certain nombre de détails, tant dans le vêtement et les bijoux que dans la physionomie de la jeune femme. L’artiste a également amplifié la naissance de la poitrine de la princesse et l’on peut se demander si ce dernier point ne fut pas considéré comme inconvenant pour une princesse, devenue moniale et vénérée comme une sainte.
Toujours est-il que, presque vingt ans plus tard, la planche fut reprise et la poitrine fut pudiquement voilée par un agrandissement de la chemise de batiste.
Le portrait de Joanna n’est pas la seule planche à avoir été transformée pour être insérée dans un nouvel ouvrage (voir ci-après). Le jeune Philippe III, sujet de la dernière planche (la seule signée), n’était qu’un adolescent de seize ans en 1621. En 1639, il est un homme mûr. Un an plus tard, il fut détrôné par Jean IV, tout en demeurant roi d’Espagne.
Cornelis Galle est-il l’auteur des modifications ou bien Jacob Neefs (1610-après 1660) qui grava le titre illustré réalisa-t-il également les reprises ?
Il est vraisemblable que ce soit le second état qui ait servi de modèle à la création de la planche incisée par Philibert II Bouttats pour les Acta Sanctorum des Bollandistes [Cat. 251].

Second état

Ioanna Portvgalliæ Princeps.
Cornelis I GALLE (1576-1650), graveur
S. d. [1639]
Burin
C. de pl. : 18,8 x 13 cm ; tr. c. : 18,65 x 12,8 cm

 

 

 

 

 

 

Planche pour Juan de CARAMUEL Y LOBKOWITZ (1606-1682), Philippvs prvdens Caroliv. Imp. Filivs Lvsitaniæ Algarbiæ, Indiæ, Brasiliæ legitimvs Rex demonstratvs A.D. Ioanne Caramuel Lobkowitz Religioso Dunensi Ord. Cister. S.T. Doctore Louaniensi et Melrosensi Abbate, Antverpiæ, Ex officina Plantiniana Balthasaris Moreti, 1639, p. 62.
France, Paris, Bibliothèque nationale de France – cote : FOL-H-1533.

© Claire Rousseau

Œuvres en rapport

Joanna de Portugal
ARTISTE NON IDENTIFIÉ
École de Nuno Gonçalves, peintre d’Alphonse V, père de Ioanna
Vers 1472-1475
Huile sur panneau de châtaignier
60 x 40 cm
Portugal, Aveiro, Museu de Aveiro, Inv. 1/A.

© Alves Gaspar

 

 

 

[Jeanne du Portugal[1]]
ARISTE NON IDENTIFIÉ
Vers 1700
Huile sur toile, mise à l’octogonale, agrandie d’une bande de 2 cm
78,5 x 61 cm
France, Paris, Drouot ; Audap et Mirabaud, Vente aux enchères du 27 mars 2015, Lot n° 64.

[1] La notice du catalogue de vente porte : « École d’Europe centrale vers 1700. ‘Juive (?)’ ». Audap et Mirabaud, Dessins et Tableaux anciens. Extrême-Orient. Objets d’art. Mobilier, Paris, 2015, p. 28.