Séries non dominicaines


VIES COLLECTIVES (PARIS, 1609-1621 ?)

Les Festes dv mois de Mars
Léonard GAULTIER (vers 1561-vers 163), graveur
Jean IV LECLERC (1560-1621/1622), éditeur
S. d. [1609-1621 ?]
Burin
Passe-partout : tr. c. : 31,9 x ? cm
Planche mensuelle : c. de pl. : 19 x 13 cm

 

 

 

 

 

Planche pour Pedro de RIBADENEIRA (1527-1611), Les Flevrs des Vies des Saints ?
France, Toulouse, Bibliothèque de l’Institut catholique de Toulouse – cote : PAT17G162.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Dans le phylactère en haut du passe-partout
VIVE. IESVS.
2. Dans le médaillon, au centre, en haut
IHS
3. Dans le cartouche en bas du passe-partout
Omnes sancti / et sanctæ Dei intercedite / pro nobis
4. Dans le haut de la planche du centre
LES FESTES DV MOIS DE MARS.
5. Dans le cartouche sous l’image
L’Anonciation, Sainct Thomas, Sainct Gregoire, / Auecques Sainct Ioseph, sont tous festez en Mars, / Le primtemps renaissant renouuelle sa gloire / De verdure emaillant la terre en toutes pars.
6. À gauche du cartouche
L. Gaultier / sculpcit.
7. À droite du cartouche
I. le Clerc / excud.
8. Dans le bas de l’image, à droite
L’Annunciatio[n] a la Vierge Marie le 25.
9. Sous le saint de gauche
S. Thomas d’Aquin le 5.
10. Sous le saint du milieu
S. Joseph. Le 19.
11. Sous le saint de droite
S. Gregoire le 12.
12. Sur le phylactère du bâton de l’archange Gabriel
AVE / GRATIA / PLENA
13. Sur les pages du livre devant la Vierge
Ecce / Virgo / conci / piet et / par[iet]

Image
La planche est composée de deux pièces, un élégant passe-partout et une planche centrale.
Le passe-partout, non signé, met en valeur, dans la partie supérieure, un IHS présenté dans un cartouche très soigné soutenu par deux angelots. Dans la partie inférieure, le texte d’un second cartouche requiert l’intercession de tous les saints. Chacun des côtés est occupé par un vase duquel grimpe une tige à trois grosses fleurs (lys en bas et en haut, rose au milieu).
La planche centrale, signée du nom du graveur et de celui de l’éditeur met en scène le récit de l’Annonciation. La Vierge Marie est assise sur une chaise devant un oratoire qui supporte un livre ouvert. Un texte a été inscrit à cheval sur les deux pages. En arrière-plan, pour signifier qu’il s’agit d’une pièce d’intimité, un lit à baldaquin a été dessiné. Face à la Vierge, l’archange Gabriel se tient debout dans un mouvement d’avancée. L’index droit levé vers le ciel pour indiquer la provenance de son message et la nature du don, il tient de la main gauche un sceptre fleurdelisé autour duquel s’enroule le phylactère de l’Ave Maria. Sur une diagonale partant du coin supérieur gauche apparaissent Dieu le Père, au sein de la nuée, l’Esprit Saint sous la forme de la colombe. Le ventre de la Vierge assise est mis en valeur par une lumière blanche indiquant ainsi que l’Incarnation est déjà réalisée. En arrière-plan, par les fenêtres du lieu, se devinent trois saints fêtés dans le courant du mois, saints dont le quatrain placé dans un cartouche sous l’image fait l’éloge. À gauche, Thomas d’Aquin, agenouillé vers la gauche, s’adresse au Christ en croix. Saint Joseph est vu de trois quarts dos, vers la gauche, cheminant vers une ville en portant sur son épaule un panier empli de bois ou d’outils. À droite, le pape saint Grégoire est assis, tourné vers la droite. Il est vêtu des ornements pontificaux et esquisse un geste de bénédiction. Dans le haut de l’image au centre est représenté le signe du zodiaque associé au mois et son attribut : le bélier.

États
Un seul état : France, Toulouse, Bibliothèque de l’Institut catholique de Toulouse – cote : PAT17G162

Bibliographie
1961, IFF, t. 4, p. 431-432, n° 94-105 (ne concerne que les planches centrales)

Commentaire
L’ouvrage fut bien doté des douze planches mensuelles mais seule celle du mois de mars propose un saint de l’Ordre des Prêcheurs.
Rien n’indique l’origine du passe-partout même si par la devise « Vive Jésus » et l’IHS, il semble avoir été créé pour les jésuites.
Les planches centrales sont quant à elles connues pour avoir formé dès 1603 Le Sacré Zodiaqve diuisé en douze Mois, contenans les Festes mobiles & immobiles solennisees en l’Eglise par la remarque des iours. Inuention nouuelle en faueur du public, A Paris chez Iean le Clerc rüe S. Iean de Latran a la Salamendre Royalle, 1603[1]. Seule la planche de titre, signée et datée, manque ici. Cette page fixe un premier terme a quo pour cette édition des Fleurs des Vies des Saints dont la page de titre manque. En réalité les approbations en Sorbonne ayant été données le 30 novembre 1608, le terminus a quo du livre ne saurait être antérieur.
La mention de l’éditeur, Jean IV Leclerc, ayant été maintenue, faut-il entrevoir un terminus ad quem vers 1621/1622, c’est-à-dire à la mort de ce dernier ?
À ce jour aucun autre exemplaire de ces Fleurs des Vies des Saints n’a été repéré et l’énigme tant de l’édition que du motif du remploi des planches du Sacré Zodiaque reste entière. Nous remercions toute personne qui saurait nous apporter des informations complémentaires.

[1] États-Unis, Washington, The National Gallery of Art, 2015.44.5 ; France, Paris, Bibliothèque nationale de France – cote : V-17272 (1) ; Ed 12 Rés.