Lucie de Narni


LUCIE DE NARNI / TOMBEAU

 

 

 

 

 

 

 

 

Beata Lvcia de Narnia
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
S. d. [à partir de 1710]
Eau-forte
Épreuve rognée : 21,5 x 30,2 cm
Belgique, Anvers, Ruusbroecgenootschap.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Sur le phylactère au-dessus de la châsse
VERA EFFIGIES.
2. Dans le cartouche au-dessus de la châsse
D. O. M. / BEATA LUCIA DE NARNIÀ / ÆTATIS SVÆ ANNO VIGESIMO PRIMO, À D. N. IESV CHRISTO / SACRORVM STIGMATVM IMPRESSIONE SANCTIFICATA, / AD FVNDANDVM HOC VENERABILE MONASTERIVM SANCTÆ CATHERINÆ SENENSIS / AVSPICE SERENISS: HERCVLE PRIMO FERRARIÆ DVCE ANNO MCDXCIX. SIC DEO VOLENTE DATA, / IN ISTO SANCTÈ VIXIT, ET FELICITER DECESSIT DIE XV. NOVEMBRIS MDXXXXIIII / CVIVS CORPVS HIC IACET / CLEMENTE XI. P. O. M. CVLTVM IMMEMORABILEM APPROBANTE, / PRIORISSA, ET MONIALES OBSEQVENTISSIMÈ POSVERVNT / ANNO SALVTIS NOSTRÆ MDCCX. DIE XXV. MAY.

Image
Pour célébrer l’autorisation de culte accordé par le pape Clément XI en 1710, le corps incorrompu de Lucie de Narni est montré tel qu’il était présenté dans l’église de Ferrare. Rocailles, cadre portant un large cartouche dans la partie supérieure, et draperie d’apparat amplifient la représentation et la solennise.

États
Un seul état : Belgique, Anvers, Ruusbroecgenootschap

Commentaire
S’il est clair que la planche promeut la reconnaissance papale du culte de Lucie de Narni, l’origine de cette estampe (italienne ou flamande) est incertaine. Dans le doute, elle a été intégrée au présent catalogue.