Ceslas


CESLAS (PARIS, 1645)

B. Ceslavs Oldrovasius
Gabriel LADAME (1613-après 1682), graveur
S. d. [1645]
Burin
C. de pl. : 19,8 x 13,3 cm

 

 

 

 

 

 

Planche pour Jean GIFFRE DE RECHAC (dit de Sainte-Marie, 1604-1660), Les Vies et actions memorables des Saints, Bien-hevrevx et avtres illvstres personnages de l’Ordre des FF. Précheurs. Les Beatifiez de l’Eglise, dont on celebre les Festes par tovt l’Ordre ov en divers endroits, Auec le Triomphe des martyrs du méme Ordre. Par le R. P. Iean de Rechac dit de Sainte Marie, de l’Ordre des FF. Précheurs, Profez du Conuent de l’Annonciade, dit des Peres Iacobins Reformez de la ruë neuue Saint Honoré à Paris. Enrichies de figvres en taille dovce. Tome III, A Paris, Chez Clavde le Beav, ruë sainct Iacques, au Bon Pasteur, 1647, p. 118.
France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ V 184/104 (T. 03).

© Claire Rousseau

Lettre
1. Sur les créneaux de la tour, en haut à gauche

BRESLAV
2. Sous le genou du chef des tartares, au premier
PROCRVS.
3. Sous le pied gauche de Ceslas
Gladame in et f.
4. Sous l’image
B. CESLAVS OLDROVANSIVS ORD. PRÆD. S. HYACINTHI FRATER GERMANUS, Deiparæ / Virginis Cliens Amantissimus et obsequentissimus, inter ingentia quibus in Septentrione fulsit miracula, Wra: / tislauiense Vrbem ab arctissima Tartarorum obsidione liberauit, super vrbis moenia facie fulgurante versus / hostes incedens j quo portento quidam ad Christi fidem adducti, et inter cos vnus regulus, avteri vero, tu: /multuatim fugam arripuerunt: Obijt Wratislauiæ Anno Repar. Salutis 1242. Die 16 Iulij: Cuius festum / eadem die solemni ritu celebratur ab vniuerso populo Wratislauensi. / A la Tres Ven. Communauté des RR. Meres et Seurs du Monastere de la Croix au fauxbourg S. Antoyne lez Paris de l’obseruance / Regulierre de l’ordre S. Dominique, le Couuent des Peres Iacobins Refor. De la ruë S. Honoré de Paris de même ordre et Obseruance.

Image
Le bienheureux Ceslas est présenté debout sur la gauche de l’image. Vêtu de l’habit de l’Ordre, un rosaire à la ceinture, il brandit de la main gauche un crucifix et bénit de la droite le chef des tartares, Procrus, agenouillé devant lui au premier plan et au centre de l’image. Derrière le religieux se dressent les remparts de Breslau protégés par la Vierge Marie assise dans la nuée avec l’Enfant Jésus sur les genoux. Derrière le chef Procrus, l’armée tartare prend la fuite, une boule de feu tombant du ciel sur eux.

États
Un seul état : France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ V 184/104 (T. 03) ; Paris, Bibliothèque du Saulchoir – cote : Res Mod C 74 2 (1)

Bibliographie
1973, IFF, t. 6, p. 13-14, n° 13.

Commentaire
La présente planche illustre parfaitement l’intervention de Ceslas lors de l’invasion des tartares à Breslau. Mais la planche est dédiée au monastère des tertiaires du Faubourg Saint-Honoré et chacune des quatre autres estampes est adressée à un dédicataire qui diffère d’une planche à l’autre. Le commanditaire n’est pas l’auteur mais le couvent réformé des dominicains du faubourg Saint-Honoré de Paris. S’agissait-il de remercier de généreux mécènes, qu’il s’agisse de particuliers ou de communautés religieuses ?
La dernière planche de l’ouvrage, non signée par Gabriel Ladame, fut imprimée chez Herman Weyen (début du XVIIe-1672).
Une planche figurant le martyre de Guillaume Courtet au Japon en 1637, il est impossible de faire remonter la datation plus haut.
L’année de création proposée tient compte de l’année de la première édition de 1645 chez Claude Le Beau, dont le titre n’indique pas la disponibilité des planches alors qu’elles y sont insérées[1]. Peu de choses sont connues au sujet de cet imprimeur. Encore en activité en 1647, il perd son épouse, Catherine Pillehotte, en novembre 1648, et son activité n’apparaît plus. Le privilège reçut pour l’ouvrage de Jean de Rechac courait pendant 5 ans.
En 1647, l’ouvrage est divisé en deux tomes appelés « Tome II » et « Tome III » pour former une trilogie avec la Vie de saint Dominique qui paraît la même année. Le Tome III est encore édité chez Claude Le Beau et la page de titre mentionne explicitement les figures en taille douce. En 1650, les éditions se font chez Sébastien Huré qui avait déjà édité des ouvrages de l’auteur depuis 1635. Le Tome III reprend les mêmes planches.

[1] Voir l’exemplaire de la Bibliothèque municipale d’Auxerre – cote : C 1030 in 4.